Image default
Chroniques

Le label Blue Bear Records est lancé

Ce vendredi soir au bar le Local de Strasbourg, le lapin de Pâques a laissé sa place à l’ours bleu. La Blue Bear Party est la soirée de lancement du label éponyme. Blue Bear Records est un label collaboratif fondé par cinq artistes locaux, dans lequel chacun vient partager ses compétences, sous la houlette d’Allan Ros, le papa ours.

21h le public est déjà nombreux pour le premier concert de la soirée. C’est “l’artiste mystère”, Grand Brume qui est chargée de l’ouverture. Il s’agit du premier concert de la chanteuse qui présente un set tout en loop et volupté. Grand Brume, artiste à la voix envoûtante, alterne guitare sèche et électrique. La petite Oscar on the Lawn a bien grandi avec ce projet à l’univers moins sombre, dont la folk est teintée d’accents pop rock. Ce nouveau départ aura été émaillé de quelques petites saturations, mais les applaudissements nourris d’un caveau plein a craqué l’ont bel et bien validé.

C’est ensuite au groupe Odrylane d’entrer en jeu. Le quartet propose une folk celtique aux riffs metal, dont les influences à la fois orientales ou grecques. Le caveau du Local est complètement plein et la chaleur, déjà intense, devient suffocante. Le groupe sait parfaitement ambiancer le public et le faire participer, que ce soit avec son Sirtaki alsacien ou les Hey Hey de la Polka du Cerf. Cajón, violon, bouzouki, les instruments sont inhabituels, mais le résultat, très réussi, est fortement apprécié.

C’est à Prokop de se présenter face au caveau. Accompagné de ses nombreux musiciens, contrebasse, violoncelle, bandjo, piano, batterie. C’est une véritable atmosphère de piano bar que nous propose le chanteur folk. Le rythme est plus calme, mais ce n’est pas vers une chaude ambiance que souhaite nous emmener Prokop. Ce que le musicien propose, c’est une folk aux accents jazz, une voix à la Dylan qui ne vous laissera pas indifférents, accompagnée d’un orchestre digne de la Nouvelle Orléans. C’est là aussi une réussite pour cet habitué des scènes du Grand Est.

Kosake Churchman, que l’on retrouve habituellement derrière le bar du Local et qui avait assuré le piano pour Prokop, passe désormais derrière le micro. Une fois de plus, la formation est atypique. Churchman et sa guitare électrique sont accompagnés d’un batteur et d’un contrebassiste. Le chanteur définit lui même son projet comme bancal. Il est vrai que l’alternance est permanente entre blues, rock, jazz et folk. C’est la aussi une réussite, Churchman parvenant à nous transporter dans son univers instable.

Nous voilà déjà au dernier artiste du soir. Celui-ci n’est autre que le papa ours de Blue Bear Records, Allan Ros qui fait ici son retour sur scène après plus d’un an de pause. Le chanteur, dont le style peut être défini comme de la hard folk ou encore du power folk est ce soir accompagné d’un batteur. Après être resté sagement sur scène, le naturel reprend le dessus et Allan Ros laisse le micro derrière lui pour venir partager et chanter au milieu du public. Son année loin des concerts ne fut pas veine pour Allan Ros qui, non content de préparer le lancement de ce nouveau label, profita également de ce temps pour écrire de nouveaux titres.

Cette Blue Bear Party est une totale réussite, le public est venu nombreux pour remplir le caveau du Local et acclamer les cinq artistes qui, avec des sets réduits ont présenté un aperçu de leurs univers respectifs.

 

Julien

Crédits photos : Vik-Thor

Related posts

Ambiance caliente pour Santana à la Foire aux Vins

Veret Julien

Lost Bastards, Lullabies : Au Camionneur Strasbourg

Veret Julien

Au Rock Your Brain Punk is not dead

Veret Julien