Chroniques

LAMOMALI de M Matthieu Chedid, Témé Tan : Zénith de Strasbourg

En ce jour des funérailles de Johnny Hallyday, le Zénith de Strasbourg accueil LAMOMALI de Matthieu Chedid, dit M. La grande salle strasbourgeoise accueil le public aux sons de l’idole des jeunes.

20h, M prend la parole, « en ce jour très spécial » pour introduire Témé Tan, jeune chanteur belge qui a grandit à Kinshasa et propose des titres en français sur des sons mêlant l’électro et les rythmes africains, rappelant son compatriote Stromaé. Témé Tan travail avec de sons enregistrés et des loopers. Le premier artiste du soir sait faire bouger le public et l’ambiancer, le faisant régulièrement taper dans les mains et danser. Chaque titre a sa petite histoire, durant laquelle Témé Tan nous explique d’où lui est venu l’inspiration. Après 30 minutes passés avec cet artiste proche du public, le Zénith a adhéré et la soirée semble parfaitement lancée.

Durant les 15 minutes de pause technique, quelques Ola sont lancées dans le public du Zénith, toujours sur fond de Johnny. 20h45, voilà M seule sur scène, entonnant Mama Sam et faisant chanter le public. Il est ensuite rejoint par Sidiki Diabaté et Fatoumata Diawara, deux artistes maliens. Comme à son habitude, Matthieu Chedid, sait allumer le feu, dans un Zénith conquis d’avance.

La scène s’ouvre dévoilant une quinzaine de musiciens, pour deux titres aux sonorités africaines de LAMOMALI, Une Âme, puis L’Homme de Bamako. Les nouveaux titres font danser le public, alors que les classiques de M le fontt chanter. Les musiciens de grand talent qui accompagnent le français sur scène savent mettre l’ambiance tout autant que lui et Matthieu Chedid les laisse s’exprimer. Sidiki Diabaté et son père nous proposent ainsi un duo à la Kora, une harpe traditionnelle à 21 cordes, avant que Fatoumata Diawara n’offre une composition guitare voix. Elle est rejointe par M pour Onde Sensuelle, repris en cœur par le public.

Vient le moment des hommages, tout d’abord à Daniel Balavoine, « amoureux de l’Afrique » qui a beaucoup inspiré le fils Chedid, avec Sauver l’Amour. Puis bien-sûr son mentor Johnny Hallyday, dont il a été très actif durant les funérailles l’après-midi même, avec une version pleine d’émotions de Tennessy accompagné par des violons. « Merci Johnny on t’aime » viendra clore cet instant de partage, Matthieu Chedid demandant un ciel étoilé et quelques secondes de recueillement pour tous ceux qui sont partis.

Cette pluie d’étoile lance La Bonne Etoile, titre durant lequel le guitariste vient jouer au bord du public, contre la barrière. Retour aux titres plus rythmés avec des percussions qui lancent Machistador, sur lequel M est rejoint par Oxmo Puccino, continuant à mixer les styles, puis Amssétou, partagé une nouvelle fois avec le public.

Retour à l’acoustique pour Toi Moi, avant que la troupe de LAMOMALI ne quitte la scène après deux heures de concert. Le public  strasbourgeois en veut encore et le rappel est bruyant. Les quatre violons font leur retour et introduisent Je Dis Aime.

Je dis Matthieu Chedid – M -#lamomali

Publiée par Concerts de l'Est sur Samedi 9 décembre 2017

Nouvel hommage avec Hey Jo de Hendrix, joué à l’avant scène par M et son guitariste, que le virtuose termine par « Merci, c’était pour Johnny ». Toute la troupe revient enfin pour une grande fête aux sons de Solidarité, rejoints également par Témé Tan qui avait assuré la première partie. Toute l’équipe reste de longues minutes sur scène, remerciant l’ensemble des techniciens et communiant une dernière fois avec le public.

Related posts

Rock-a-Field 2015

Veret Julien

Iron Maiden + The Raven Age : La Rockhal

Veret Julien

Popa Chubby : La Laiterie Strasbourg

Veret Julien