Chroniques

Last Train, The Psychotic Monks : la Laiterie Strasbourg

Ce 8 décembre, Last Train est de retour à la Laiterie de Strasbourg pour la troisième année consécutive. Ce concert à la maison se joue juste après une tournée en Inde, d’où ils sont partis 35 heures plus tôt.

La soirée s’ouvre avec The Pyschotic Monks. Sur un fond de psyché, le groupe envoi une énergie folle, laissant le rock prendre le dessus. La batterie est placée au premier rang et les deux guitaristes balancent leurs riffs avec de grands gestes désarticulés. Quant au chant, celui-ci est partagé entre les différents membres du groupe et mêle chant et hurlements. Rarement un groupe n’aura si bien porté son nom. Les titres s’enchaînent sans pauses, ne laissant pas au public le temps de souffler ou d’applaudir. Le set se termine dans un grand brouhaha, avant que le groupe ne remercie le public d’une voix fluette et quitte la scène.

Après 15 minutes de pause, les rockeurs alsaciens aux blousons de cuir font leur entrée sur scène sur l’air de Clair de Lune. Le son est d’entrée très rock Jean Noël Scherrer, chanteur du groupe nous délectant de sa voix si particulière. Voila Cold Fever, titre dont le clip a été tourné à Strasbourg, sur lequel le chanteur du groupe s’arrête pour faire crier le public. La chaleur monte dans la Laiterie et les manteaux tombent. Jean Noël est proche de son public et vient balancer ses solos au bord de la scène.

Petite accalmie sur House on the Moon, titre plus calme, présent sur leur premier album sorti en avril. Il faut en effet rappeler que les deux premières années de tournée de ces espoirs du rock français se sont faites sans même un album. L’accalmie est de courte durée, le morceau se terminant une nouvelle fois dans la fureur.

Jean No fait une nouvelle fois monter l’ambiance, venant se dresser sur les premiers rangs du public avant d’y plonger pour une petit slam. Tous les artifices du rock sont parfaitement maîtrisés par Last Train qui fait chanter et sauter son public, tout en lui proposant des solos de batterie.

Jean Noël s’interrompt pour remercier le public, indiquant que 3 années de tournée s’achèvent. Qu’en 2015 à la même date, il y avait peu de monde au Club de la Laiterie, un peu plus en 2016 mais que maintenant la grande salle est comble. Il donne rendez-vous au public au Mudd Club après le concert, petit bar concerts strasbourgeois où ils ont fait leurs débuts quelques années auparavant. Leaving You Now vient clôturer le set.

Le public demande un rappel et le groupe de Mulhouse s’exécute pour trois dernier titres. Last Train termine avec de grands remerciements et d’émouvantes accolades. Comme une impression de devoir accompli, de rêve réalisé et de bonheur de le partager à domicile.

Le groupe ira ensuite rejoindre ses fans, comme il l’avait promis au Mudd Club aux alentours d’une heure du matin.

Last Train a montré une nouvelle fois que le rock n’est pas mort. Ils ont su se détacher de la comparaison aux Black Rebel Motorcycle Club qui leur a si souvent été faite à leurs débuts, pour se créer leur propre identité.

Related posts

Paul d’Amour vous invite à la Release Party de son nouvel album

Veret Julien

Rock-a-Field 2015

Veret Julien

Geraint John Jones et sa folk ambiancent la Popartisserie

Veret Julien