Chroniques

Phil Campbell and the Bastard Sons + Dätcha Mandala : La Laiterie Strasbourg

Ce 21 mars, la Laiterie Strasbourg accueille la légende Phil Campbell and the Bastard Sons. Les rockeurs en mal de Mötorhead sont venus en masse remplir la petite salle du club.

Les bordelais de Dâtcha Mandala sont en charge de l’ouverture. Le trio propose un rock très 70’s fortement inspiré par Led Zeppelin. Le groupe et son chanteur aux pieds nus déploient une belle énergie tout au long du set.

Le groupe maîtrise à la perfection les codes des pionniers du rock et de cette époque bénie où des titres pouvaient durer plus de 5 minutes en alternant les riffs ravageurs. Le chanteur et son guitariste livrent un véritable combat, lançant de grands coups de pieds dans les airs.

Dätcha Mandala termine son set sur Pavot, un titre dont la basse puissante n’est pas sans rappeler Mötorhead. On ne peut que constater qu’il est maintenant l’heure pour le trio, qui assure déjà les première parties des plus grands, de passer un peu plus dans la lumière.

Place maintenant à Phil Campbell and the Bastard Sons. Suite au décès du grand Lemmy Kilmister, le guitariste de Mötorhead a rejoint ses fils Todd, Dane et Tyla, ainsi que le chanteur Neil Starr dans cette nouvelle formation.

Après quelques titres de mise en route, voilà enfin une bonne grosse basse sur les titres Deaf Foreverpuis Rock Out, deux reprisent de Mötorhead qui sortent le public, mais aussi Phil Campbell, de leur mutisme.

La soirée est lancée, Phil Campbell, tout comme ses fils jouent au plus prés du public. Neil Starr, chanteur de cette formation nous fait une démonstration de sa maîtrise du français « Ca va ? » « Parfait » « Où est la gare ? ».

Le groupe enchaîne les titres rock bercés par de puissantes lignes de basse, au plus grand bonheur du public présent. Quelques soucis techniques permettent à Neil Starr de faire les présentations du clan Campbell, sous des acclamations méritées pour Phil Campbell, précurseur du Hard Rock.

Le groupe enchaîne les titres rock bercés par de puissantes lignes de basse, au plus grand bonheur du public présent. Quelques soucis techniques permettent à Neil Starr de faire les présentations du clan Campbell, sous des acclamations méritées pour Phil Campbell, précurseur du Hard Rock.

Related posts

Selah Sue et Minuit au 112 de Terville

Veret Julien

Le metal rencontre l’électro pour le 1er jour du Rock Your Brain

Veret Julien

The Moorings + Fiddler’s Green + Restless Feet : Grillen Colmar

Veret Julien