Chroniques

Talisco + Holy Two : La Laiterie Strasbourg

En ce dernier jour de mars, direction la Laiterie Strasbourg pour Talisco et Holy Two, deux groupes en pleine ascension. La salle strasbourgeoise est bien remplie pour ces artistes que vous avez tous déjà entendu mais qui rassemblent au total moins de 40 000 fans sur le page Facebook.

20h30, avec 5 minutes d’avance, les lumières s’éteignent et le duo Holy Two fait son entrée, accompagné d’un batteur pour cette performance live. Vêtus de vestes argentées dans une ambiance rouge, les deux lyonnais nous plongent rapidement dans leur électro pop. Un style assez unique mêlant clavier, guitare, deux voix atypiques et quelques notes de guitare. Le tout a déjà permis à ces artistes du label Cold Fame de briller aux Inouïs du Printemps de Bourges, tout comme leurs aînés de Last Train.

Orchid permet à Elodie, chanteuse du groupe nous transporter dans un morceau très planant qui offre tout de même une interlude rock. Undercover Girls, leur titre le plus connu est plus rythmée. La chanteuse d’Holy Two nous étonne par ses possibilités vocales, transformant sa voix et mêlant les styles à la fois doux et rappés à la façon d’une Selah Sue. Le public apprécie, d’autant plus que les lyonnais sont à l’avant scène, la chanteuse dansant devant ses claviers alors qu’Hadrien à la guitare se donne tout autant. Le groupe est d’ailleurs essoufflé en annonçant Wild Night morceau en piano voix qui s’enrichit lentement.

La fin du concert approche et le groupe nous invite à les rejoindre ensuite dans le hall de la Laiterie. Face Itclos le set en faisant danser le public. Le groupe mêle rap, pop, électro, des passage au piano rappelant Muse ou même Shaka Ponk sur les lignes de basses du dernier morceau. La voix d’Elodie navigue dans des styles très larges, Face It en proposant un large exemple, alors qu’Hadrien l’accompagne aux cœurs formant un ensemble très harmonieux. Holy Two bouleverse avec une variété de styles et d’influences qui ne peut que conquérir le public.

Petite pause et voici Talisco avec une entrée en matière très rock. Le groupe joue au premier plan, batterie comprise, ce qui permet une proximité avec le public. Talisco sait mettre l’ambiance puisque le prochain morceau invite déjà à taper dans les mains. Passage à la guitare sèche et toujours la même énergie et le même accueil enthousiaste du public.

Passons à Your Wish, morceau pop électro bien connu puisqu’il s’agit du titre utilisé pour la pub Loto. Talisco enchaîne avec une balade aux sonorités irlandaises avant de repartir sur des titres rock américain. Contrairement à ce que l’on aurait pu penser au vu des deux titres les plus connus de l’artiste bordelais, le rock est la base du set proposé.

Le titre suivant reprend les bases du rock : guitare, batterie et basse. Le tout accompagnant les élans de voix de Talisco qui rappellent des groupes comme les Lumineers ou Kodaline. Celui-ci s’arrête pourtant pour balancer de fougueux solos de guitare. Avant de jouer The Martian Men, Talisco nous explique qu’il a écrit ce titre lors de la perte d’une personne proche durant un road trip au Nevada. Ce voyage nous explique les influences western du groupe.

Les deux musiciens accompagnant Talisco changent de place durant le morceau suivant pendant que celui-ci les présente et remercie le public et les techniciens. Un titre sifflé rappelant les grands succès d’Ennio Morricone. Un rock plus brut déchire encore la Laiterie alors que Talisco prend plaisir à balancer ses riffs de guitare, dansant et appliquant la gestuelle des glorieux aînés.

Holy Two nous a proposé une sympathique pop électro, variant les influences au sein de même morceaux, quitte à déboussoler parfois pour le grand plaisir du public. Quant à Talisco, c’est un délicieux rock aux accents country enrichi d’une pointe d’électro qui a su entraîner le public bien au delà de leurs deux morceaux bien connus.

Related posts

Rock-a-Field 2015

Veret Julien

Wallace Vanborn + Shineski : Le Mudd Club Strasbourg

Veret Julien

Le label Blue Bear Records est lancé

Veret Julien