Chroniques

Ultra Vomit, Tagada Jones, V90 : La Laiterie Strasbourg

Ce vendredi soir, la tournée d’Ultra Vomit, qui affiche complet aux 4 coins de France, faisait une halte à La Laiterie de Strasbourg. Pour l’occasion les collectionneurs de canard étaient accompagnés de Tagada Jones et V90.

En entrant dans une Laiterie déjà bien remplie, je m’étonne d’entendre les notes des Spice Girls. Pourtant pas d’hallucinations, le groupe de punk rock alsacien reprend les tubes des eighties à sa façon. Un What is love aux accents reggae, une chanson d’amour avec Angel, un Mambo number 5 ou encore Boom boom de Vengaboys.

Après cette mise en bouche, c’est au tour de Tagada Jones d’entrer en scène. Une longue intro et voilà les punks bretons pour Envers et contre tous. La foule est compact dans la fosse de la Laiterie et les premiers pogos apparaissent. Le premier wall or death de la soirée ne tarde pas et accompagne le titre La peste et le choléra du dernier album.

Niko, chanteur du groupe profite d’une pause pour remercier le public alsacien toujours la en nombre pour soutenir les groupes de rock avant de lancer Le monde tourne à l’envers. Le chanteur crache une nouvelle fois sa rage. Certains spectateurs se mettent à l’envers par quelques slams.

Les titres revendicatifs se succèdent Tout est sous contrôle, Pas de futur, Vendetta. Une nouvelle pause permet a Niko d’annoncer que ce soir Stef, guitariste de Tagada fête ses 48 printemps déclenchant une ovation du public.

Le groupe au caractère bien trempé rend ensuite hommage aux morts du bataclan et de partout en Europe sous l’acclamation de la Laiterie avec Vendredi 13. Suit Democratie, un titre hommage à Charlie Hebdo.

Après une heure de show, Tagada Jones remercie le public avant de laisser la place à Ultra Vomit.

Les nantais font eux même leur balance en mode incognito. Une fois le matériel prêt, un message d’affiche, indiquant que le groupe est en train d’accorder ses instruments. Une vidéo est ensuite lancée sur le générique des Looney Tunes faisant la présentation des membres du groupe. Le quatuor entre enfin sur scène sur la musique de Fort Boyard sous les acclamations d’un public déjà conquis.

Le public est chaud et déclenche d’entrée les premiers pogos. Ultra Vomit décide donc de leur apprendre Les bonnes manières. Les nantais lancent Un chien géant, titre parodique de Tagada Jones rejoins sur scène par Niko.

Sur Je ne t’es jamait autans aimer (maintenant que t’es morte) est l’occasion pour le groupe de rendre hommage à Dolores O’Riordan avec un cover de Zombie.

Manard se lance dans un festival de blagues, parmi lesquelles « je joue toute les semaines à la Laiterie et j’espère gagner le gros lait », copieusement hué par le public.

Les spectateurs de la Laiterie connaissent aussi bien les anciens titres et les nouveaux et chantent avec entrain Calogira, Takoyaki, Boulangerie pâtisserie ou encore Jack Chirac.

Fétus annoncé ensuite un titre encore plus ancien du premier album en demandant au public s’il aime le brutal et lance Une souris verte. Il reste bloqué en « mode cochon » pour la Chenille, le public déclenchant une grande chenille dans la fosse de la salle strasbourgeoise.

Voici venu le temps de la minute Manard. Celui-ci, remplacé par Flockos a la batterie demande au public s’il aime les chanteuses, françaises, mortes, en 2018 avant de se lancer dans Poupée de cire, poupée de son en hommage à France Gall.

Le set se termine avec l’incontournable Je collectionne des canards. Le groupe quitte la scène et le public demande un rappel et en particulier Kammthaar.

La mise en scène annonce ce titre phare du dernier album Panzer Surprise ! Aux sonorités de Rammstein. Autre hommage avec Comme j’étais petit, cette fois à Motörhead puis enfin à Iron Maiden pour Évier metal.

Le show s’achève et le groupe remercie longuement la foule avant de faire monter des sosies trouvés dans le public pendant qu’eux prennent leur place dans la fosse pour une photo.

Encore une bonne soirée à la Laiterie ou l’ambiance est montée de façon continue pour finir en feu d’artifice avec l’énergie d’Ultra Vomit.

Related posts

Popa Chubby : La Laiterie Strasbourg

Veret Julien

Au Rock Your Brain Punk is not dead

Veret Julien

Lana Del Rey : Galaxie Amnéville

Veret Julien