Chroniques

Popa Chubby : La Laiterie Strasbourg

En ce 27 janvier direction La Laiterie pour le concert de Popa Chubby. Arrivé à 20h, je constate que pas mal de monde est déjà là pour l’ouverture des portes. Une fois entrée, première surprise, le bluesman vous accueille dans le hall installé derrière une table et prêt à dédicacer votre billet. Vingt minutes après l’ouverture des portes, la grande salle de La Laiterie est déjà presque pleine. On peut noter que Popa n’est pas très connu du jeune public.

20h55 Popa Chubby fait son entrée venu directement du hall, sous les cris du public. Le temps de tomber la veste et de se chauffer les doigts à l’arrière scène et c’est parti. Après une annonce du roadie demandant si le public est prêt pour Popa, Chubby, celui-ci fait son entrée levant son tee short pour nous exposer son imposant physique. Notre guitariste s’installe sur son siège et s’empare… des baguettes pour quelques notes de batterie. Mais il prend très vite son instrument fétiche pour de premières improvisations qui captivent immédiatement le public.

Chubby enchaîne avec une version personnelle d’« Hey Jo », classique de Hendrix. Un batteur, un bassiste et un claviériste posent les bases de chansons rock ou blues sur lesquelles Popa improvise des medley. Lors de chacune de ses envolées Popa nous gratifie de nombreuses grimaces, comme on le voit souvent chez les adeptes du solo. Ses acolytes qui jouent des boucles peu variées durant chacun des morceaux ne donnent pas vraiment l’impression de prendre du plaisir. Le batteur jongle parfois avec ses baguettes, mais cela donne l’impression d’être une façon de rompre l’ennui. Ce sentiment va rapidement s’effacer puisque Popa d’un signe de tête passe la « parole » à son bassiste. Celui-ci se lance dans un impressionnant solo que le public comme notre leader semblent apprécier. Le batteur lui aussi improvise un solo et nous montre l’étendue de son talent. Popa se met alors devant sa batterie pour démarrer un long jam avec son batteur qui plaît énormément au public. Chacun des deux musiciens tapant à son tour de plus en plus fort sur la batterie, puis de plus en plus doucement, jusqu’à utiliser la batterie sans baguette, à la façon d’un tam tam.

Après avoir jeté ses baguettes dans le public, retour à la guitare pour l’homme du Bronx qui sait également chanter comme il nous le montre avec « Rock On Bluesman », l’une de ses compositions. C’est désormais au tour du claviériste mais également chanteur de se mettre en valeur. Cela passe par des chansons plus blues nous faisant penser à la Nouvelle-Orléans et une voix soul dont les intonations nous rappellent Ray Charles.

Après le blues, le rock, des enchaînements de guitare plus métal, Popa nous joue du classique avec la « Lettre à Elise » de Beethoven. Vient ensuite « Over the Rainbow » puis une interprétation d’un incontournable de la guitare avec « Misirlou ». Après 1h50 de show sortie de scène.

Le public en redemande et le quatuor fait son retour. Après avoir décliné la proposition d’un membre du public réclamant à nouveau « Hey Jo » et ne pas avoir répondu à une demande de « Ace of Spades », Popa se lance dans une interprétation d’Hallelujah, chanson popularisée par Jeff Buckley. Vient enfin le tube de Motörhead « Ace of Spades » qui clôturera la soirée. Si musicalement l’interprétation est attrayante, côté voix, rien à voir avec le défunt Lemmy.

Popa et ses musiciens viennent saluer le public. Notre guitariste nous gratifie une nouvelle fois de son imposant ventre en soulevant son tee shirt 5XL avant de quitter la scène. Le roadie vient alors annoncer que Popa et ses musiciens seront à nouveau dans le hall dans quelques minutes pour signer des autographes.

Très bonne soirée avec ce guitariste de grand talent qui mêle les différents styles pour des interprétations personnelles de grands classiques entrecoupées de quelques compositions personnelles. Une chose est sure, Popa prend plaisir à faire ce qu’il fait et à partager avec son public. Même en restant assis durant tout le concert, il parvient à communiquer son énergie.

Related posts

Au Rock in Hell c’est déjà Noël pour les metalleux

Veret Julien

Iggy Pop + Dropkick Murphys : Foire aux Vins 2015

Veret Julien

Placebo, The Jacques : Foire aux Vins Colmar

Veret Julien