Interviews

Rencontre avec Belzebubs : le Black Metal familial

This interview is also avalaible in English.

Belzebubs, c’est le mélange de la famille Addams et Ozzy Osbourne, cuit dans la culture black metal scandinave et servi dans un Comic mignon et parfaitement construit.
La famille et les amis de Sløth sont les plus adorables invoqueurs de démons que vous aurez l’occasion de voir en concerts.

JP Ahonen, créateur du comic et créateur du groupe qui était censé réaliser son tout premier concert au Hellfest 2020, nous a accordé un peu de son temps pour discuter de son ressenti un an après la parution de son premier clip et de la situation particulière que vit le groupe en ce moment.
Portez votre plus beau Corpse Paint, bienvenue dans le monde noir et blanc de Belzebubs.

JP Ahonen – Crédit Marjaana Malkamäki

Bonjour JP ! Commençons avec quelques questions simples, comment allez-vous ? Que faites-vous pendant le confinement ?

Salut, je vais bien, merci de demander. J’ai dû pas mal jongler entre le travail et la famille pendant le confinement. Les enfants étaient tous les trois à la maison, ça a donc été difficile de trouver le temps pour bosser pendant la journée. J’ai fini par m’organiser en travaillant tôt le matin, c’est-à-dire que je me levais à 4h15 et que je travaillais jusqu’à midi à peu près, puis on se relayait avec ma femme.
Je ne le recommande ABSOLUMENT PAS.

Crédit JP Ahonen

Comment présenteriez-vous Belzebubs à quelqu’un qui ne connaît pas le concept ?

Belzebubs est une espèce de bête hybride combinant un comics, de la musique, de l’animation et tout ce qui se trouve entre tout ça, vraiment. Son cœur noir et « blast-beating » (Technique répandue à la batterie dans le black metal, NDLR) est le comic, documentant la vie quotidienne d’une famille moyenne vouant un culte aux démons, leur relation et l’évolution léthargique de l’infortuné groupe de black metal de Sløth (le père).
Le groupe a signé chez Century Media, et est décrit comme une version black metal de Gorillaz, ce qui fait sens j’imagine, mais on crée notre propre concept.

Crédit JP Ahonen

Vous avez d’abord créé Belzebubs comme un comic, d’où vous est venue l’idée ? Et quand avez-vous décidé de démarrer un vrai groupe ?

Le comic a débuté comme une thérapie personnelle il y a environ 5 ans quand je tentais de me sortir d’un burnout et d’une dépression. C’était très spontané au début, mais je me suis bien amusé avec le concept et le thème, j’ai donc décidé de les pousser plus loin. J’ai commencé à publier les strips sur internet de façon hebdomadaire, et puisque Belzebubs était mon premier Webcomic, j’avais envie de tester des choses qui n’étaient pas possibles en impression, comme l’animation, la musique, lier les tailles et les formats, etc. Initialement, l’idée était de tout faire par moi-même, puis j’ai commencé à évoquer des idées avec un ami musicien, puis finalement avec d’autres, cela nous a conduit à une démo, qui nous a mené à un contrat de disque, etc. Un véritable effet boule de neige.

BELZEBUBS – Cathedrals Of Mourning

Votre premier album, Pantheon Of The Nightside Gods, est sorti il y a un an et a directement été décrit comme l’un des meilleurs albums de Black Melodeath, atteignant les meilleures ventes en Finlande et en Allemagne, tandis que le clip du titre Blackened Call atteindra bientôt les 2 millions de vues, vous attendiez-vous à un tel retour ?

Je ne me suis jamais attendu à rien en fait, ou plutôt, je n’espère rien et me prépare au pire, haha. On y a tous mis nos cœurs et âmes (inexistantes) dans cet album, je suis donc très content qu’il ait obtenu de telles louanges. Mais on savait aussi tous que les gens seraient repoussés par l’image du groupe, ce qui est dommage mais malgré tout compréhensible pour quelqu’un qui ne prendrait pas le temps de se plonger totalement dans ce qu’on fait.

BELZEBUBS – Blackened Call 

En parlant de style musical, pourquoi avez-vous choisi la partie mélodique du Black Metal, plutôt que quelque chose de plus brut et “Trve”, comme on aurait pu s’y attendre en lisant le comic ?

Le son du groupe a évolué dans une nouvelle direction lorsque Sam, leur nouveau batteur, a rejoint l’équipage. L’idée derrière leur style est écrite et développée dans le comic. Le principe de Belzebubs, c’est vraiment de s’aventurer dans de nouveaux territoires inaccessibles en marchant en crabe, en étant toutefois Trve pour toi-même plutôt qu’à une image spécifique ou préconçue de ce à quoi un groupe ou un genre devrait ressembler. Nous aurons du temps pour révéler ce à quoi le groupe ressemblait auparavant avec leurs précédents EP et démos plus tard, mais pour le moment nous voulions construire un album qui racontait plusieurs histoires. Non seulement c’est un concept-album sur les anciens dieux et cultes, mais c’est aussi construit comme une pièce en trois actes sur l’évolution du groupe : Les premières chansons sont plutôt dans la veine des anciens Belzebubs, le milieu est la partie d’écriture contemporaine, et la dernière partie coule vers ce qui est à venir.
Certaines personnes ont pensé que les deux chansons instrumentales,
Nuns In The Purgatory et Maleficarum, faisaient pleinement partie de l’album, alors que ce sont des chansons bonus.

JP Ahonen – Crédit Marjaana Malkamäki

Avant la vague d’annulations, vous alliez démarrer votre premier tournée cet été, en commençant par le Hellfest, l’un des plus grands festivals français, puis en jouant dans plusieurs grands festivals européens, toujours plutôt bien placé dans les programmations alors que vous n’aviez jamais fait de concerts auparavant, comment le vivez-vous ?

On est simplement où on devrait se trouver ? 😉

Vous avez beaucoup investi pour préparer un véritable show, sans révéler de détails, comment voyez-vous le futur ?

Oui, on est vraiment dans la merde en ce moment, c’est sûr, mais c’est le cas de beaucoup d’autres groupes, festivals, staff et techniciens également. On a effectivement investi beaucoup de temps et d’argent pour les prochains concerts (on y a travaillé depuis août dernier), mais maintenant avec les annulations, on se retrouve avec un tas de dettes. Cependant, je travaille sur un plan B, qui pourrait nous aider à payer nos factures, tout en apportant du nouveau contenu pour nos fans. On déteste demander de l’argent, donc une simple cagnotte n’est pas une option, on aimerait pouvoir offrir quelque chose en retour.

Crédit JP Ahonen

S’il ne restait qu’un album sur terre, lequel ce serait ?

Ooof. C’est une question impossible, je ne peux pas répondre à ça.

Quel est votre groupe de Metal français préféré ?

C’est une lutte entre Alcest et Gojira, manifestement, mais je dois dire que j’ai bien aimé le premier album de Demians quand j’étais plus jeune. Je n’ai pas entendu parler d’eux depuis des années, par contre.

Crédit JP Ahonen

Quelques questions pour le groupe :

Les gars, avec quelques groupes vous aimeriez faire une tournée ?

Obesyx : J…Je voudrais juste pouvoir tourner. Point. On commence là. Je ne suis pas difficile.
Sløth : Ce serait un honneur de trainer avec Borknagar, True North était fucking amazing !
Sam : Porcupine Tree ou Opeth !
Hubbath : Avec mes groupies.

Crédit JP Ahonen

Hubbath, penses-tu que c’est la malédiction du Hellfest 2013 qui a recommencé cette année ?

Hubbat : Oui, évidemment.
Sløth : Il n’y a AUCUNE malédiction, Hubbath. Eh mec, réveille-toi.
Hubbath : …
Obesyx : Ok, ça recommence. Il regarde dans les abysses.
Sløth : J’ai aussi regardé dans les abysses hier.
Obesyx : Est-ce qu’ils t’ont regardé en retour ?
Sløth : Oui, mais ils ont fait semblant de pas remarquer.

Est-ce que vous avez une dernière chose à dire à vos fans et lecteurs ?

Merci d’avoir lu si vous êtes arrivés jusqu’ici. J’espère vous voir sur la route l’année prochaine ! Protégez-vous, prenez soin de vous, lavez-vous les pattes.

Un grand merci à JP Ahonen de nous avoir accordé un peu de son temps.
Retrouvez JP Ahonen sur Instagram et Twitter, Belzebubs sur Instagram, Facebook et Tumblr.
Le Comic et l’album sont disponibles sur sa boutique en ligne Backstagerockshop.
Pour toute autre information sur le groupe, merci d’invoquer les enfers.

Crédit JP Ahonen

Propos recueillis par Victor pour Concerts de l’Est

Related posts

Rencontre avec Thomas Schoeffler Jr : country blues, one man et grands espaces

Veret Julien

Rencontre avec Dust in Mind : metal, opéra et Pain

Veret Julien

Rencontre avec Dätcha Mandala : Rock, Spiritualité, nouvel album

Veret Julien