Chroniques

Shaka Ponk emporte le Zénith de Strasbourg dans sa folle chevauchée

Ce 29 mars, les Shaka Ponk sont de retour à Strasbourg pour une soirée qui s’annonce une nouvelle fois épique. Après deux dates complètes à l’Accorhotel Arena le weekend passé, le Monkadelic Tour s’arrête au Zénith de Strasbourg, où le public est venu en masse.

Le duo électro pop ALB assure la première partie du groupe sur l’ensemble de la tournée. Le groupe, entré en tenue de boxeur, propose une électro pop très rythmée. La fougue du batteur répondant à la douceur du synthé, du piano ou encore de la guitare.

ALB sait mettre l’ambiance faisant taper le public dans les mains, demandant une nuée de flash pour accompagner Whispers under the moonlight, leur titre le plus connu, avant de faire chanter le public su le refrain du titre suivant. Le groupe s’assure du bon échauffement du public, tout en recevant un très bon accueil.

Durant le changement de scène, les classiques du western annoncent la folle chevauchée dans laquelle Shaka Ponk va nous entraîner. Les lumières s’éteignent et trois singes apparaissent tandis que des notes de violoncelle raisonnent dans le Zénith avant que la basse ne viennent faire monter la tension. Le groupe entre sur scène sur deux titres d’Evol, leur dernier album, Killing Hallelujah, puis On Fire. Restés sages sur le premier titre, Frah s’offre déjà un premier bain de foule, tandis que son acolyte Samaha, crête dressée sur la tête, danse à l’avant scène.

Le public, déjà en feu depuis les première notes du groupe phénomène, se met à sauter sur les tubesWanna Get Free et Twisted Mind. Frah invective la foule et se propose de venir lui montrer comment danser. Le bondissant chanteur s’exécute, rejoignant le milieu de la fosse pour lancer un circle pit, pendant que sur scène on voit des amplis sauter en rythme avec le public. La truculente Samaha prend place au milieu de la fosse, remplaçant Frah parti rejoindre les gradins, pour une reprise tout en douceur de Smell Like Teen Spirit qui permet au public de se reposer un peu. Mais avec Shaka Ponk, le calme est toujours de courte durée et le Smell Like Teen Spirit devient bien plus rock.

La folie s’empare une nouvelle fois du public strasbourgeois. L’énergie est tout aussi débordante sur scène et dans la fosse. Samaha offrant des danses langoureuses alors que Frah se roule à terre et s’offre à elle. Toute cette énergie s’interrompt pour un moment de poésie, auquel les Shaka ne nous ont pas habitué. Summer Camp est un instant de douceur, le groupe semblant en communion avec la nature, des arbres grandissant sur leurs écrans.

Le groupe ayant repris ses esprits, voici le riff ravageur de Gung Ho, leur nouveau tube qui fait danser le public, mais aussi une armée de robots menée par le duo vocal de Shaka Ponk. Ion batteur du groupe fait hurler le public avec son fameux duel contre le singe Goz, membre à part entière deShaka Ponk. Mauvais perdant, le singe décide de lancer de nouveau duels, cette fois à la guitare avec Monkey Kurt Cobain, heureux d’être de retour, puis Monkey Prince, Monkey David Bowie sur Let’s Dance. La batterie et la guitare ne suffisant pas, voici Monkey Lemmy pour un duo de basse sur Ace of Spades. Frah espère que quand Shaka Ponk sera mort, d’autres artistes les feront revivre sur scène, des artistes comme Julien Dorée ou Vianney, ou plutôt ALB qui a assuré la première partie, faisant passer le public du rire aux cris.

Le public est complètement loca est a bien mérité un nouveau tube avec I’m Picky. Le public saute et la chaleur est étouffante. Alors que les premières notes de Palabra Mi Amor raisonnent, le Zénith demande en cœur Bertrand. Pas de Cantat ce soir, il faudra se contenter de sa voix enregistrée. Ce tube sera le dernier avant que le groupe ne quitte la scène.

Le groupe reste longuement sur scène pour profiter de l’instant, chacun venant serrer des mains le long de la scène, Samaha descendant même faire le tour des barrières pour embrasser certains visages connus.

Related posts

Au Rock in Hell c’est déjà Noël pour les metalleux

Veret Julien

Caesaria, Petseleh : Festival Comme chez Watt

Veret Julien

Talisco + Holy Two : La Laiterie Strasbourg

Veret Julien